«ZE Projet» : le Crowdfunding en vogue dans l’Océan Indien

[INTERVIEW] Kevin Beltou, un parcours frayé d’Henri IV à la Sorbonne
18 décembre 2016
La Syrie sous les bombes, l’ONU sous l’eau !
26 décembre 2016
Voir tout

«ZE Projet» : le Crowdfunding en vogue dans l’Océan Indien

De la restauration du Panthéon à la création d’une cuisine facilitant l’accès à l’emploi avec Thierry Marx, le crowdfunding n’épargne plus beaucoup de projets. Conscients de l’engouement que suscite ce nouveau concept, des jeunes ultramarins se sont lancés dans la création d’une plateforme de Crowdfunding dans l’Océan indien. La Rédac’ tient à vous la faire découvrir, et qui sait, cela suscitera peut-être des vocations chez certains.

Des jeunes prennent l’initiative

Cette initiative ultramarine autour du Crowdfunding nommée « ZE projet » a été lancée par deux jeunes de l’océan indien : Samine Aboubacar (diplômé en statistique et informatique) qui est à Mayotte et Nazir Abdallah (diplômé en ingénierie financière) qui lui réside sur l’ile de La Réunion.
Leur idée est d’installer le site www.zeprojet.com à cheval entre Mayotte et La Réunion pour en faire un véritable carrefour des initiatives dans l’océan indien ! Leur volonté est de pouvoir, à terme, démocratiser ce type de financement et donner l’envie d’agir à ceux qui se rêvent entrepreneurs.
Pour cela ils se sont entourés de spécialistes :
– « Udjerebu » la couveuse d’entreprises de Mayotte
P2ER (le pôle de l’entrepreneuriat étudiant de La Réunion)
BGE (Boutique Gestion pour Entreprendre) qui accompagne les entrepreneurs vers la pérennisation de leur activité : stratégie commerciale, premières embauches, mise en réseau…

Engager une dynamique entrepreneuriale dans l’Océan Indien

« Combien de Mahorais vont dans l’hexagone et ne songent pas à revenir ? » C’est le premier constat amer que dresse Samine. Et pour cause, il estime comme beaucoup qu’il faut créer un environnement nettement plus favorable à l’entrepreneuriat dans la région. Faute de perspective d’avenir sur le territoire et en fonction de l’ambition et des objectifs à atteindre, beaucoup décident de s’installer ailleurs. Loin d’être un constat propre aux DROM de l’océan indien, ce phénomène touche avec plus ou moins d’intensité l’ensemble des territoires d’outre-mer. Mais d’autres comme Samine (il en faut !) décident de revenir, car convaincus du potentiel que représentent les territoires.
Alors si vous êtes entrepreneurs dans l’âme, si vous êtes fiers de participer à l’économie de la région ou d’un territoire dirigez-vous vers ceux qui, avant vous, ont fait ce choix courageux et nécessaire.

Le Crowdfunding, Kézako ?

L’adage « les petits ruisseaux font les grandes rivières » en résume parfaitement le fonctionnement.
Le Crowdfunding (financement participatif) est une autre façon pour les entreprises, les particuliers de récolter des fonds pour leurs projets. Dans la plupart des cas, c’est l’association d’un grand nombre de personnes investissant un petit montant qui permet aux porteurs de projets de trouver les fonds demandés. Ce mode de financement est également un moyen de fédérer le plus grand nombre de personnes autour de son projet.

ze-projet-le-crowdfunding-en-vogue-dans-l-ocean-indien-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-3

Copyright : Baromètre du Crowdfunding en France 2015 réalisé par CompinnoV pour financement participatif France

Ce que l’on observe avec un peu de recul c’est qu’en France, entre 2013 et 2015, les fonds collectés sont en constante progression et ce dans tous les types de financement.

ze-projet-le-crowdfunding-en-vogue-dans-l-ocean-indien-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer

Cela témoigne du succès grandissant que rencontre le financement participatif au niveau national. Car en effet, globalement, entre 2014 et 2015 le montant des fonds collectés a doublé.

 

ze-projet-le-crowdfunding-en-vogue-dans-l-ocean-indien-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-4

Copyright : Baromètre du Crowdfunding en France 2015 réalisé par CompinnoV pour financement participatif France

Si vous tentez l’aventure, il vous faut maintenant décider de la forme que prendra votre levée de fonds, entre intérêts, cession de titre, définition de l’objectif financier et choix de la plateforme.

Quel type de Crowdfunding pour mon projet ?

1. Le crowdfunding caritatif
Le crowdfunding caritatif repose sur le système du don sans contrepartie. Cela inclut : levées de fonds de type donation ou mécénat, souvent pour des projets caritatifs, menés par des particuliers.
C’est le type de crowdfunding le moins adapté au financement des entreprises, aussi bien idéologiquement que légalement. Il concerne donc davantage les ONG ou les associations caritatives qui ont besoin d’une plateforme internet pour centraliser leurs donations.

2. Le financement sans contreparties financières (Reward-based crowdfunding)
Avec ce type de financement, le porteur de projet conserve la propriété de sa création. Il doit récompenser les participants, qui lui donnent un ” présent d’usage “, par un objet ou un service :
-symbolique (une carte de remerciement pour les petites sommes)
-ou plus conséquent (quand le donateur reçoit l’objet qui a été produit).
Le reward-based crowdfunding est le plus connu, et le plus utilisé en France.

3. Le crowdfunding en actions (Equity-based crowdfunding)
Il est considéré par les spécialistes comme l’avenir de la levée de fonds pour les PME. L’investisseur est rétribué par des parts de l’entreprise, qui généreront donc des dividendes, ou à une plus-value lors de la revente de ses parts.
C’est l’équivalent d’une ouverture de capital, bien qu’à l’échelle de l’entreprise . Le montant, plafonné à 1 million d’euros, et l’attention générée par cette levée de fonds sont parfaitement adaptés aux PME ambitieuses qui veulent franchir un nouveau palier.

4. Le prêt participatif (Lending crowdfunding)
L’investisseur en lending crowdfunding est rémunéré par des intérêts. C’est le système du crédit, sans passer par la banque !
toutefois le lending crowdfunding a ses limites:
Le montant par investisseur est limité à 4000 € ; la levée de fonds totale de 1 million maximum. La durée du prêt et les taux d’intérêt sont fixés au cas par cas, avec une moyenne de 3 à 4 ans et des rémunérations du capital entre 3 et 12 %.

Quelques derniers conseils avant de vous lancer

Une fois que vous avez pris connaissance du concept et des différents types de financement participatif, c’est parti pour la grande aventure entrepreneuriale (ou presque) !
En effet, il vous reste une dernière étape : le jeu de séduction. Il faut savoir vendre son projet, le défendre, animer sa campagne sur le net et même faire preuve de transparence et de clarté. Eh oui ! Mettez-vous à la place la place des investisseurs, quand on investit on veut savoir où on met les pieds !

Pour ce faire, il faut respecter plusieurs critères :

1-Rendre sa page projet de crowdfunding attractive :
La page du projet sur la plateforme de crowdfunding doit se démarquer de la concurrence.
N’oubliez pas qu’avant même la naissance du projet, vous êtes déjà confronté aux conditions du marché.
Votre sérieux et votre investissement conduiront à la réussite de l’entreprise. Il faut mettre en avant l’équipe qui est derrière le projet également si tel est le cas.

2-Montrez qui vous êtes ! Et oui vous êtes le porteur et donc le visage du projet !
Ce que vous dégagez en termes de personnalité, en capital sympathie, en dynamisme… C’est aussi ce que le projet dégage. N’hésitez pas à faire du storytelling consistant à raconter comment est venue l’idée du produit. Après tout, c’est aussi une question de feeling, un coup de cœur de l’investisseur. Il faut savoir susciter sans cesse l’intérêt en n’oubliant jamais que vous n’êtes pas le seul prétendant.

3-Et enfin faites parler de vous !
Il faut se rendre visible et le rester partout !

ze-projet-le-crowdfunding-en-vogue-dans-l-ocean-indien-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-2

Copyright : ZeProjet

Il faut commencer par mobiliser les proches : amis, famille, réseau. Il vous faut obtenir une première vague de participations, de commentaires et de “J’aime” sur la plateforme avant de communiquer auprès du second cercle.
Plus de 50 % du trafic sur la plateforme « Ulule » (le premier site de financement participatif européen) vient des réseaux sociaux. Il faut donc diffuser son projet de crowdfunding et ses actualisations sur Twitter, Facebook, YouTube, Viadeo, LinkedIn, etc. Rien ne se fait sans les réseaux alors sachez mettre toute les chances de votre côté !

The following two tabs change content below.
Fahmi Dini

Fahmi Dini

Fahmi Dini

Derniers articles parFahmi Dini (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *