Une déclaration d’amour au droit, une filière aux riches débouchés

Jeunesse Outre Mer et Adwen Internship officialisent le lancement d’un nouveau programme de mobilité au Ghana !
27 novembre 2017
Les Assises des Outre-Mer : en marche vers un projet de co-construction de la société ultramarine ?
4 décembre 2017
Voir tout

Une déclaration d’amour au droit, une filière aux riches débouchés

Aujourd’hui je vais partager avec  vous  l’amour que j’ai pour le droit et attiser votre curiosité sur cette discipline qui a fait de moi la femme et la juriste que je suis aujourd’hui. On m’a toujours dit «  tu feras une bonne avocate ! » paradoxalement, j’ai toujours eu l’impression que mon interlocuteur me rétorquait cette phrase parce qu’il considérait que j’étais une bonne menteuse alors que j’argumentais avec confiance et abnégation ma thèse. Je pense qu’on me l’a souvent répété,  ce qui  m’a convaincu que je pouvais être mon avocate et pour l’être il fallait que j’étudie le droit.

Le droit, c’est quoi ?

Si on définit le droit de façon objective c’est l’ensemble des règles qui régissent la société. Ce qui signifie que le droit nous préserve d’une anarchie sociétale, d’accord, mais encore ?

Selon moi, le droit structure notre pensée, il  éclaire notre vision de la société et nous guide sur la personne que nous sommes et que nous aspirons à être. Lors de mes premières années d’études de droit, je ne m’étais pas encore imprégnée de l’apport de cette discipline dans ma vie. Et au fil des années, mon amour pour le droit  s’est décuplé lorsque j’ai compris que le droit renforçait ma vigilance et mon sens des responsabilités.

Par exemple, en droit pénal  il y avait un professeur qui partageait avec nous des anecdotes. Je vous avoue que c’était l’un de mes moments préférés où j’étais persuadée que ma capacité à argumenter allait accroître dès ma sortie des cours.  Il nous racontait comment contester un procès-verbal (PV)  s’il s’avérait qu’on  s’était  malencontreusement garé à un endroit prohibé.

Défendre ses droits et faire respecter l’égalité de tous

À la suite du cours je m’étais promis de contester chaque  PV  si un représentant de l’autorité publique considérait  que je n’avais pas le droit de me garer à un emplacement alors que ce dernier n’avait pas respecté les conditions formalistes.  Non, mon but n’était pas d’adopter un comportement rétif vis-à-vis de l’autorité publique mais mon but était de défendre mes droits et de faire respecter l’égalité de tous devant les lois.

En effet, étudier le droit permet à chaque individu de connaître ses droits ce qui signifie que l’on fait référence à la définition subjective du droit, c’est à dire l’ensemble des prérogatives dont bénéficie chaque individu. S’il y a des règles cela nous indique que nous devons les respecter et  si les individus ont des droits cela signifie que nous devons les revendiquer et les faire respecter.

C’est probablement l’une des  raisons pour lesquelles l’injustice m’insurge et le droit me rassure, car, ce dernier  est une source de sécurité pour celui qui part à sa découverte et à la fois une source de liberté pour celui qui l’utilise. Ce qui me rappelle la citation de Jean Jacques Rousseau «  Celui qui renonce à sa liberté renonce à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité, même à ses devoirs ».  Selon moi, plus nous connaissons nos droits, plus nous nous sentons libres et plus nous convergeons avec nos semblables.

Un large panel de débouchés professionnels

Par conséquent, je déclare mon amour au droit car il me rend chaque jour un peu plus libre, libre de m’exprimer et de rédiger des articles, libre d’agir au sein d’une association qui œuvre pour l’insertion professionnelle des jeunes, libre de vous exhorter à intégrer un métier du secteur juridique.

Il a tant de métiers relatifs au droit où vous  pourrez librement accompagner, conseiller, défendre vos concitoyens et vous défendre, vous pouvez être auditeur social, commissaire de police, inspecteur du travail, cadre administratif territorial, administrateur territorial,clerc de notaire, administrateur judiciaire, juriste d’entreprise, avocat, notaire, magistrat, greffier, procureur de la République, huissier de justice,  mandataire judiciaire, médiateur de justice, ect…

Nous irons à la rencontre de certains professionnels afin de vous éclairer sur certains métiers.

N’hésitez pas le droit c’est la vie !

The following two tabs change content below.
Clara GULLIVER

Clara GULLIVER

Je suis juriste et rédactrice au sein du réseau Jeunesse Outremer. Mon but est de partager avec vous mon univers où l'on y trouve le droit, pierre angulaire de mes aspirations professionnelles. J'ai aussi pour dessein de vous prouver que le travail et la persévérance ont toujours des effets positifs. Pour cela, je vais à la rencontre de bâtisseurs pour vous inspirer, pour nous inspirer, donc n'hésitez pas à me lire ! C.G

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *