Stacy Navarre Belrain : « il faut garder à l’esprit l’essence de son rêve »

Les Outremers aux Jeux Paralympiques de Rio
16 septembre 2016
4ème édition du Forum Pro Jeunesse: à ne manquer sous aucun prétexte !
19 septembre 2016
Voir tout

Stacy Navarre Belrain : « il faut garder à l’esprit l’essence de son rêve »

Stacy Navarre Belrain est une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et déterminée à accomplir ses rêves… Attachée de presse et organisatrice d’évènements, elle crée en 2015, sa propre start-up sous le nom de Caribbean Pride Agency: un nom rempli de musicalité et de dynamisme tout comme elle, qui a décidé de devenir auto-entrepreneur à 20 ans. Passionnée par la musique, Caribbean Pride Agency en est l’extension parfaite.

Quel est ton parcours ?

Très tôt, je me suis intéressée à différents artistes de la scène hip hop de la caraïbes. J’aimais aller dans les radios, à leur rencontre. Je m’amusais à faire la promo de leur single via les réseaux sociaux. J’ai travaillé en bénévolat pendant plusieurs mois pour une web radio désormais fermée. Je recherchais les dernières actualités rap et mettais les clips en ligne sur leur site.

Stacy-Navarre-Belrain-la-perle-de-l-equipe-de-Saik-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer (2)

 

« j’ai été repérée par l’équipe de communication de Saik qui m’a pris sous son aile « 

À mes 18 ans, je me suis orientée vers une Bac Pro Secrétariat. Par la suite j’ai commencé un DUT gestion des entreprises et des administrations, option RH avant d’être repérée sur internet par l’équipe de communication de l’artiste Saïk, qui m’a prise sous son aile.

J’ai commencé à collaborer avec eux, et cela pendant un an, à faire de la promotion pour cet artiste, en direction du public, à échanger avec ses fans, principalement via les réseaux sociaux et lors de ses rencontres publics comme en concert.
C’est à ce moment que je me suis dit que c’était peut-être une piste de carrière, alors j’ai pensé à me réorienter vers un BTS communication.
« En 2015 j’ai créé mon entreprise et je travaille déjà avec différents artistes. »

Pourquoi « Caribbean Pride Agency » ?

C’est un nom qui m’est venu spontanément en 2014. Il représente la Caraïbes avec toutes ses valeurs qui sont pour moi une fierté.

Qu’est ce qui t’a motivé à devenir auto-entrepreneur ?

J’ai rencontré beaucoup de jeunes artistes inconnus qui avaient besoin d’aide en termes de communication, de promotion et de visibilité dans les médias. C’est en échangeant avec eux que j’ai compris qu’il y avait une opportunité pour moi. C’est un milieu qui me passionne.

« Développer un nouvel artiste est vraiment un challenge pour moi. »
Je ne voulais pas travailler pour une société. Je voulais créer un concept qui me ressemble, une entreprise typiquement caribéenne pour innover, apporter ma touche personnelle.

Quelles sont les valeurs de ton entreprise ?

Je travaille avec une grande passion. Quand je sens qu’un artiste à quelque chose à donner de sincère, un message à transmettre, je suis à fond. Je fais un choix d’artiste avec le cœur. Quand j’entends la musique, les paroles, je sais que je peux travailler avec cet artiste ou pas.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées quand tu as voulu te lancer dans l’entreprenariat ?

Etre crédible. J’ai 21 ans, je suis une femme, j’annonce que je veux monter mon entreprise dans le milieu artistique et je ne suis moi-même pas une artiste. Certaine personne m’on fait comprendre que je n’étais personne malgré les expériences que j’accumulais. On m’a souvent dit que je n’y arriverais pas. L’équipe de communication qui accompagne un artiste travaille dans son ombre et son investissement est peu valorisé. Difficile de se faire un nom, une place. Structurellement, je n’ai pas eu de soucis.

Quelles sont tes prochaines étapes ? Tes projets ?

Déménager en Guadeloupe pour développer mon business. Je suis en train de travailler pour organiser un grand évènement l’année prochaine, qui ne sera pas que musical. Il y aura des surprises. De nouveaux projets événementiels auront lieu en 2017. J’aimerais avoir des stagiaires ou employés pour avoir une grande agence et avoir plusieurs pôles, en Martinique, en Guyane, et pourquoi pas à Miami..

Quels conseils pourrais-tu donner à un jeune qui veut aussi créer son entreprise ?

De croire en son projet et sa passion. Sans passion on ne peut pas avancer.
De ne pas se laisser décourager ou dévier par son entourage. Parfois ce dernier est de bon conseil mais il faut garder à l’esprit l’essence de son rêve. Créer son entreprise demande une forte implication, un vrai investissement, une longue réflexion sur sa stratégie et avoir conscience que malgré tout, son projet peut ne pas fonctionner. Il faut prendre son temps et ne pas brûler les étapes.
D’un point de vue plus concret, Il faut se renseigner en amont, sur internet par exemple, pour toutes les formalités.
Je conseille aussi d’avoir une activité professionnelle en parallèle, parce que dans les premiers temps, les premières années, l’entreprise ne rapporte pas forcément de l’argent au point d’en vivre.

The following two tabs change content below.
Vanessa PERASTE

Vanessa PERASTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *