La première conférence de jeunesse outremer très attendue par le public !
23 juin 2016
Euro 2016 : Strass et « Payet » pour les ultramarins
25 juin 2016
Voir tout

Sea, Sun et Sargassum : Tout sur la Sargasse

Retour sur l’invasion de sargasses, ces algues brunes de la famille des sargassum ont déferlé sur toutes les côtes des pays bordés par la mer des Caraïbes pendant la majorité de l’année 2015.

De la Floride au Mexique jusqu’en Guyane en n’épargnant pas les Antilles, elles agaçent les résidents et menacent les secteurs clefs du tourisme et de la pêche. En provenance de la mer des Sargasses dans les Bermudes, formant de grandes lignes orangées en pleine mer, ces algues s’amoncèlent sur les récifs et le sable en tas marronâtres pouvant aller jusqu’à 3 mètres de hauteur. Elles se décomposent ensuite rapidement en dégageant une odeur pestilentielle. Pas vraiment attirant pour un cadre tropical…

 

Un phénomène naturel qui se dérègle

 

Les sargasses sont des algues qui se forment naturellement dans la mer des Bermudes de manière saisonnière. Sans racine et flottant en amas à la surface de l’eau, elles viennent s’échouer sur les côtes des Caraïbes par cycles annuels en suivant les courants marins. En revanche, on parle d’invasion depuis 2011 car les quantités arrivées par la mer sont beaucoup plus importantes que celles pouvant être naturellement prises en charge par les écosystèmes.

Les causes de ces invasions font encore l’objet d’études scientifiques. Selon des chercheurs de l’université de Galveston au Texas, il y aurait une corrélation entre l’augmentation de la température de la mer, vraisemblablement liée au changement climatique, et la modification des courants marins qui entraînent les sargasses vers le bassin caribéen plus que de coutume. Une autre piste envisagée serait l’augmentation de pesticides et égouts rejetés en mer et propices au développement et à la multiplication des algues. Dès lors, on peut penser que tant que la température de la surface de la mer augmente et que les niveaux de pollution de l’eau restent constants, de nouvelles invasions sont à venir.

Un mal pour un bien

 

 En 2015, l’invasion a touché l’ensemble des côtes de la mer des Caraïbes de plein fouet durant toute la haute saison touristique. Sur certaines plages, impossible de se baigner et de pratiquer des activités nautiques tant l’eau était devenue noire de fragments d’algues brassés, qui de plus, sont urticants. Le tourisme en a beaucoup souffert avec de fortes annulations de réservations ainsi que le secteur de la pêche devenue impraticable. C’est un casse-tête pour les gouvernements et une dépense supplémentaire conséquente pour s’en débarrasser. La ville de Cancún au Mexique a payé plus de 9 millions de dollars pour assurer le ramassage de ces algues cette année. Sur l’île de Tobago, la petite sœur de Trinidad, les dirigeants ont même qualifié juridiquement le phénomène de ‘’catastrophe naturelle’’.

Pourtant, l’algue est une amie qui veut du bien à l’environnement caribéen. Flottant en mer, elle abrite de véritables écosystèmes et a fonction de maternité pour les larves de poisson, crustacés et mollusques. Une fois décomposée et enterrée, elle permet de contribuer à la formation de sable sur le long terme, et ainsi au renforcement des dunes face à l’érosion. De même, elle ravit les oiseaux de mer qui viennent y picorer. Il n’est donc pas question de supprimer intégralement les sargasses, mais de trouver des méthodes pour s’adapter aux quantités reçues.

Des moyens humains et la technologie à la rescousse

 

Face à l’invasion, la riposte a été immédiate. Les citoyens se sont organisé spontanément pour assurer le nettoyage des plages, le plus souvent à la main afin de protéger les nids de tortues dont la ponte a eu lieu à la même période. La Guadeloupe et la Martinique ont sorti les grands moyens en testant plusieurs machines qui permettent  soit de collecter l’algue directement en mer, une première dans l’arc des petites Antilles, soit sur la plage de façon douce. L’efficacité de ces nettoyages varie et la quête d’une solution de collecte à grande échelle continue.

En réalité, un autre problème se pose. Que faire de toutes ces algues qui reviennent sans cesse s’échouer sur le rivage ? De façon anecdotique, une vidéo filmée à la Barbade a fait le buzz sur les réseaux sociaux: on y voit un homme qui travaille sans relâche à ramasser des tas d’algues pour en remplir sa brouette qu’il déverse ensuite… dans la mer… Or, on peut l’utiliser à moindre budget en tant qu’engrais pour l’agriculture par exemple: il suffit de l’étendre sur des bâches, d’attendre que l’eau de pluie élimine le sel et que le soleil la sèche avant de la broyer. D’autres utilisations en médecine et cosmétologie sont également à développer. Mais faute d’aides gouvernementales et d’interêt par les entreprises, le business de la Sargassum tarde à se lancer.

En début d’année,  tout est revenu à la normale, en attendant la prochaine invasion…

Sea-sun-and-sargassum-sargasses-environnement-développement-durable-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer.jpg

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
Margot MESNARD

Margot MESNARD

Amoureuse des Outres-Mers, globe-trotteuse et ambassadrice JOM en Nouvelle-Calédonie, je suis diplômée du Programme France-Caraïbes de Sciences Po Bordeaux en Coopération Internationale. Avec la fibre écolo, je suis persuadée que c'est la jeunesse qui fait et fera bouger les choses !

3 Comments

  1. gwadaboy dit :

    Une torture ces sargasses!! Celui qui trouvera la solution aura de beaux jours devant lui…

  2. Denis Jimenez dit :

    La seule solution efficace : Sargaboat© Récolteur de Sargasses
    Parce que la meilleure solution est de ramasser les Sargasses en mer avant qu’elles ne viennent mourir sur les plages et ne produisent de l’hydrogène sulfuré, j’ai conçu un bateau qui est vraiment efficace et facile à entretenir. Un vrai récolteur de Sargasses et de débris flottants !
    Le seul bateau et global concept approuvés par Brian Lapointe et la Florida Atlantic University (plus de 35 ans d’experience dans les sargasses!)

    http://theoceancleaner.org/fr/sargaboat-sargassum-harvester/

    Avec de très bonnes solutions de recyclage : http://theoceancleaner.org/fr/sargassum-recycling/

    On en parle aussi dans la revue nationale BATEAUX : http://www.bateaux.com/article/23565/un-aspirateur-a-dechets-nettoyer-mers

  3. ineshyizh dit :

    It`s really useful! Thank you!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *