Portraits croisés d’un réalisateur et d’un acteur — Jean Claude Barny et Djedje Apali, un tandem complice

« Le Gang des Antillais » au cinéma le 30 novembre prochain
25 novembre 2016
Innovation et Outre-Mer, les 2 faces d’une même pièce
5 décembre 2016
Voir tout

Portraits croisés d’un réalisateur et d’un acteur — Jean Claude Barny et Djedje Apali, un tandem complice

rp_Portraits-croises-d-un-realisateur-et-d-un-acteur-Jean-Claud-Barny-et-Djedje-Apali-un-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-3-300x235.jpg

Tandem. Ils travaillent ensemble et sont devenus, à les observer, de très bons amis. Jean Claude Barny et Djedje Apali respectivement réalisateur et acteur, vivent depuis plusieurs mois au rythme effréné de l’aventure du Gang des Antillais. Jean Claude et Djedje c’est une rencontre professionnelle autour d’une passion commune : le cinéma et d’une histoire commune : le Bumidom, essence du Gang des Antillais en salle depuis le 30 novembre. Portraits croisés.

Lundi 28-Faubourg Montmartre. Il est 15H30 lorsque nous pénétrons dans les locaux de l’agence Guerrar and Co. À l’intérieur, les films promus tapissent les murs et c’est dans cet univers créatif que nous accueillent  Jean Claude Barny, et Djedje Apali.  Les deux ensemble, c’est la rigolade assurée.

Djedje, c’est le type souriant qui se plait à recevoir chacun des journalistes venus exprès à leur rencontre. «  Je trouve ça vraiment sympa ces interviews, les gens s’intéressent à notre travail ».  Jean Claude, aussi d’ailleurs apprécie ce moment et laisse parfois Djedje seul avec les journalistes  pour revoir quelques détails avec son équipe, car, la semaine du film arrive à grand pas.  D’origine guadeloupéenne, de la ville de Pointe-à-Pitre, le réalisateur s’était fait remarquer avec Nèg maron. Dix ans plus tard, Jean Claude est fidèle à lui-même et nous propose sa rencontre avec le livre de Loic Léry « Le Gang des Antillais ».

portraits-croises-d-un-realisateur-et-d-un-acteur-jean-claud-barny-et-djedje-apali-un-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-2

Jean Claude Barny

Ce Loic Léry c’est l’un des gangsters des années 70 qui avait décidé sur les conseils de son éducateur en prison Patrick Chamoiseau de raconter ses braquages de l’époque.  Avec son talent, le livre de Loic Léry et en toile de fond l’arrière-plan politique qui critique vivement le Bumidom, Jean Claude Barny tient son prochain long métrage qui lui a demandé six années de travail. Ce Barny-là, il est tenace et il revendique sans cesse une identité. La nôtre. 

« Ce n’est pas une explication d’un fait historique encore moins une comédie, le Gang Des Antillais c’est la nouvelle génération qui s’empare d’un sujet et utilise le cinéma comme outil » ajoute-t-il avec force. « l’autre nouveauté c’est qu’il s’agit d’un thriller. Jamais exploité dans notre cinéma » .

C’est d’ailleurs, dans ce sens que doit évoluer les jeunes ultramarins qui veulent faire du cinéma. Faire la différence en proposant de la nouveauté et sortir des schémas pré-établis. « Ayez une large culture cinématographique, imprégnez-vous de vos rencontres dans ce milieu et créez votre espace, car vous y avez votre place »

Djedje Apali quant à lui était venu au départ pour le rôle de Jackson. Un second rôle. Puis, on le rappelle pour un second casting qui se déroule bien. Enfin c’est au bout du troisième qu’on lui  annonce que c’est lui qui jouera Jimmy Larivière. Le premier rôle. Quand Djedje raconte cette anecdote, Jean-Claude ne peut s’empêcher de rajouter avec admiration. « C’est rare ce qui lui est arrivé ». À 41 ans Djedje obtient son premier rôle sur grand écran et espère que cela va continuer. 

« Je dis souvent qu’il y a un avant et un après. Avant, on fait ce qu’on peut et après, on espère que ça va continuer (…) mais c’est vrai que c’est un rôle fort et j’espère que ce sera le point de départ de quelque chose de beau. »

portraits-croises-d-un-realisateur-et-d-un-acteur-jean-claud-barny-et-djedje-apali-un-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer

Djedje Apali

Ce film est à la fois une rencontre professionnelle et personnelle pour l’acteur. Né d’une mère Guadeloupéenne et d’un père Ivoirien, Djedje Apali a découvert que sa mère était venue par le Bumidom en travaillant sur le projet. « Un soir à table, elle me raconte son arrivée en France, j’étais surpris ». Lui qui avait visionné avec attention Nèg maron a tout de suite eu envie de travailler avec Jean-Claude qui, selon lui, a su trouver sa place dans le cinéma français. 

« Il met en avant une culture et des problématiques qui lui tiennent à coeur et c’est cette liberté qui m’a poussé  a collaborer avec lui”.

De la Guadeloupe, Jean Claude Barny aime les dombrés et la Place de la Victoire. « La Place de la Victoire est un lieu de pèlérinage  et j’ai aimé son évolution dans le temps, elle m’inspire, j’aime bien m’y rendre».

À consommer sans modération avec l’une de ces limonades locales, Djedje est un grand fan du bokit. C’est la première chose à laquelle il pense quand il se rend en Guadeloupe. Son coin préféré là-bas c’est la Ville du Moule. C’est avec une affection particulière qu’il l’évoque et aime s’y rendre à chaque fois qu’il s’envole pour le papillon.

« C’est ma ville de coeur, je me souviens encore des étés que j’y ai passé plus jeune ».

Djedje Apali c’est aussi la Cote d’Ivoire. Il nous a rappelé délicieusement les mets succulents de cette deuxième terre qui semblerait selon les derniers échos, lui a inspiré un livre. Affaire à suivre…« La bouffe ivoirienne est sublime » salive Jean Claude Barny en écoutant religieusement Djedje parler de mafé, kédjénou ou encore de sauce cacahuète.

Propos recueillis par Stécy Lancastre et Maahily Larcher

The following two tabs change content below.
Etudiante en journalisme, c'est tout naturellement que j'ai intégré le pôle La rédac du réseau. Une nouvelle opportunité pour me perfectionner dans la rédaction web et ses enjeux que je prends plaisir à expliquer aux rédacteurs en herbe du site. Ma devise : ne jamais blâmer une contrariété

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :