Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2722

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2726

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/output.class.php on line 3624

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php:2722) in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/stripe/includes/core/libraries/wp-session/class-wp-session.php on line 146
Pilote et Ultramarin : rencontre avec Anthony Narcisse | Jeunesse Outre mer

Pilote et Ultramarin : rencontre avec Anthony Narcisse

Génération what ? : Une enquête interactive totalement inédite en Outre-mer
28 octobre 2016
[Le billet politique d’Earvin] PNL : l’opéra du rap
7 novembre 2016
Voir tout

Pilote et Ultramarin : rencontre avec Anthony Narcisse

Pilote et Ultramarin, c’est le nouveau rendez-vous que nous vous proposons. Durant plusieurs semaines, nous allons vous présenter des parcours 100% aviation. Des portraits d’ultramarins hommes, femmes confondus qui ont décidé d’embrasser la carrière de pilote. C’est durant un déplacement à travers la France que nous avons eu l’opportunité de rencontrer Anthony, notre premier invité. Il n’y a pas à dire, Anthony avait beaucoup de choses à partager avec nous ! Décollage immédiat avec Anthony Narcisse un jeune pilote martiniquais de 24 ans, désormais pilote chez Aer Lingus Régional en Irlande.

Tout d’abord, pourquoi les avions Anthony ?

Honnêtement c’est une passion qui remonte à ma petite enfance. A l’époque mes parents m’amenaient le dimanche voir les avions décoller à l’aéroport Aimé Césaire. Vers mes 10 ans ils m’ont d’ailleurs offert le saint-graal des aspirants pilotes : Flight Simulator. J’ai pu faire mes premières heures virtuelles avant d’embrayer à 16 ans sur ma Licence de pilote privée en aéroclub.

pilote-ultramarin-rencontre-avec-anthony-narcisse-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-3

Mais tu ne te destinais qu’a l’aéronautique ?

Pas du tout ! A l’époque je pratiquais le Handball au lycée Joseph Pernock du Lorrain. Comme je m’en sortais bien j’ai également considéré passer professionnel dans le domaine, mais les incertitudes face à ce métier ont progressivement consumé mes aspirations.

Une fois les célébrations du Baccalauréat passées quel a donc été ton cheminement ?

Après mon Baccalauréat Scientifique je fus confronté au dur problème des moyens financiers car  souvent on l’oublie, mais le prix des formations de pilote de ligne approche les 90.000 euros. Du coup pour pouvoir faire des économies et aider mes parents je suis parti à Châtellerault faire un DUT en Mesures Physiques.

Alors comment as-tu fait pour entrer en école de pilotage ?

C’est en découvrant un concours régional lors d’une rencontre informelle que j’ai pu me positionner pour un concours d’entrée dans une école Belge. Une fois en Belgique le choc fut extrêmement rude ! La formation théorique de Pilote de Ligne était équivalente a un très haut niveau scolaire. Je me rappelle que nous avions classe du Lundi au Samedi de 08h à 18h. C’était un gros investissement personnel. Par contre une fois en phase pratique à Phoenix aux Etats-Unis et malgré une grosse charge de travail, je me réveillais tous les matins heureux de toucher mon rêve du doigt.

Anthony as-tu rencontré des difficultés en tant qu’Ultramarin lors de ta formation ?

Bien sûr on se sent forcement différent au milieu d’un public qui reste jusqu’à aujourd’hui à majorité européen. Il y a les regards, les interrogations, les stéréotypes et les réflexions difficiles à supporter…Je me rappelle d’un professeur qui nous avait prévenu moi et mes camarades que « L’école ici nous changera des plages et des cocotiers ». Ce genre de choses perdure jusqu’à aujourd’hui malheureusement.

Aujourd’hui, quelle est ta vision de ton île natale la Martinique ?

Pour résumer je trouve que nous ne rêvons plus de la Martinique, nous ne rêvons plus Outremer. Ce rêve a disparu au profit d’une délinquance galopante et d’une énorme injustice sociale. Cela me mine tous les jours, mais j’ai cette sensation que notre jeunesse est laissée pour compte. Je l’ai expérimenté en tant que jeune et ce sentiment perdure pour tous ceux qui sont encore là-bas. En vivant à l’étranger je me suis rendu compte à quel point  il manquait d’outils de formation adaptés dans les Antilles et dans les DOM-TOM de manière générale. Sans leur chercher des excuses je comprends donc le cheminement de ces jeunes qui choisissent la facilité de la drogue, du recel et de la délinquance…

Si tu devais me citer une infrastructure que tu rêverais de voir chez toi ?

Un centre polyvalent de formation aux métiers de l’aérien ! Le lourd tribut psychologique et financier dont les jeunes doivent s’acquitter pour rentrer dans l’aérien est injuste et insoutenable. Je sais qu’il existe une initiative de ce style en Guadeloupe mais l’important pour moi n’est pas la création du centre mais la façon dont les jeunes seront suivis financièrement et moralement correctement ; car il n’y a pas de place pour réussir dans ce métier si l’esprit n’est pas clair et concentré.

Quel serait donc ton mot de fin pour tous ces jeunes en manque de repères ?

Aussi utopiste que cela puisse paraître, se battre pour ses rêves est le nerf de la guerre. C’est cette phrase qui m’a permis d’arriver où je suis aujourd’hui. Alors battez-vous pour vous-même car personne ne le fera à votre place !

The following two tabs change content below.
Gérome
Hello this is Gerome ! Pilote Commercial Diplômé et Porteur de projet dans l’aéronautique, je suis un jeune Saint-Martinois a la découverte du monde ! Rédacteur de la rubrique Aero’Jom je prendrai plaisir à vous faire prendre de l’altitude tout en douceur ! Spontané et ouvert n’hésitez pas à me contacter pour toutes vos questions sur les avions, l’aéronautique en général et Saint-Martin. Mon moto ? La vie est courte ne la passez pas à vivre celle d’un autre !

2 Comments

  1. Avatar Copilote dit :

    Question bête qui n’a pas spécialement quelque chose à voir avec l’article.

    Est-ce qu’il y a des équivalences entre le monde des pilotes de ligne et des pilotes militaires? Comment on fait pour passer de l’un à l’autre?

  2. Gérome Gérome dit :

    Ce n’est pas une question bête!

    Il existe des passerelles car la base technique est similaire.

    Du militaire au civil il faudra surement passer par un ATO pour effectuer une conversion de licence ou une formation au pilotage civil.

    Du civil au militaire il faudrait se rapprocher d’un bureau AIR pour avoir plus d’informations, mais ayant déjà des bases de pilotage la formation devrait être accéléré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :