Let’s debunk aviation ! Top 5 des idées reçues sur les avions

Mort de Michel Rocard, le père des accords de Matignon
25 juillet 2016
Lénora Guion-Firmin, Martiniquaise et athlète déterminée
31 juillet 2016
Voir tout

Let’s debunk aviation ! Top 5 des idées reçues sur les avions

Il semblerait que malgré la présence des avions quasi permanente dans les Outremers, beaucoup d’entre vous souffrent encore de ce que l’on appelle l’aviophobie, ou encore aérodromophobie, c’est-à-dire la peur de l’avion. Que ce soit votre famille qui transmet le mythe de fête de famille en fête de famille ou bien vos amis qui pensent vous impressionner, Jeunesse Outremer va détruire avec vous les plus grands mythes de l’aviation.

 

1. Le Copilote est l’assistant du Commandant de bord

Contrairement à un mythe très répandu, le copilote n’est pas l’assistant de celui qui pilote l’avion.
Les équipages actuels sont dans la plupart des cas composés de deux « Pilotes » qui ont tous deux suivis strictement la même formation, ont les mêmes qualifications et les mêmes compétences. Ils se partagent donc les tâches liées au pilotage de l’avion. Techniquement, tous les deux font le même travail !

La différence entre ces deux pilotes est que le « commandant de bord » est celui qui assume la responsabilité du vol et il est donc le chef à bord de son appareil (il peut vous faire arrêter en vol ou même être agent de l’Etat Civil en cas de naissance en vol).

Le commandant de bord acquiert ce titre après plusieurs années d’expérience en tant que copilote, ce qui lui permet de prendre du recul dans ses décisions, en particulier dans la gestion des situations inhabituelles.

 

2. Il est catastrophique d’ouvrir la porte d’un avion en vol !

Disons juste que c’est plutôt, impossible ! Lorsque l’avion atteint son altitude de croisière, la porte de l’avion est plaquée vers l’intérieur de l’avion par la pression. Elle ne peut donc pas être déverrouillée !

Du coup il est impossible d’ouvrir la porte de l’avion en plein vol, à moins que l’un des passagers ait une force surhumaine ! Donc, même si la porte est déverrouillée, aucun risque, la porte ne risque pas d’être ouverte.
En plus de cela l’ouverture de la porte en vol pour un avion ne causera normalement que peu de dégâts. Les pilotes sont aussi entraînés à gérer ce type de pannes. Réaction ? Revenir se poser au plus vite.

 

3. Boire de l’alcool dans un avion rend ivre plus rapidement

Dans les airs se produit un phénomène surprenant : l’alcool monte plus rapidement à la tête ! En effet, la densité de l’air diminue de plus d’un tiers en altitude, et les poumons en font donc moins passer dans le sang, au profit de l’alcool. Par ailleurs, l’air est beaucoup plus sec en altitude, le corps alors déshydraté est plus sensible aux molécules d’alcool. Une personne qui boit un ti-punch dans un avion ressentira donc l’ivresse trois fois plus vite que sur la terre ferme.

 

4. Les turbulences sont mauvais signe

Au-dessus de l’Atlantique en pleine nuit ou à l’arrivée a Nouméa beaucoup pensent que comme l’expression le laisse penser, c’est un soudain vide dans lequel l’avion ne trouve plus sur quoi s’appuyer. En réalité, l’atmosphère est constituée de masses d’air chaud et d’air froid. Les premières ont tendance à monter, les autres à descendre. L’appareil, en traversant ces flux, est donc soumis à des perturbations. Si elles modifient la trajectoire de l’avion, ces manifestations qui bougent et vous incommodent parfois,  demeurent parfaitement normales et sans danger.

 

5. Le contenu des toilettes est vidé en vol

Contrairement à une légende urbaine, le contenu des toilettes d’un avion ne risque pas de vous tomber sur la tête lors de votre prochain barbecue. La « légende urbaine » à propos des toilettes repose sur le fait que sur certains avions anciens (B707DC8…) l’orifice utilisé pour la vidange et le nettoyage des toilettes n’était parfois pas totalement étanche. Il arrivait donc que du « liquide bleu » parvienne à fuiter vers l’extérieur puis à tomber vers le sol ! Heureusement aujourd’hui tous les avions de ligne actuels sont équipés de cuves dans lesquelles le contenu des toilettes est aspiré. Ces cuves sont ensuite vidées par le personnel au sol après l’atterrissage. Aucune crainte à avoir donc !

Si vous avez appris quelque chose aujourd’hui ou si vous voulez une explication à d’autres mythes n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ! A la prochaine avec Jeunesse Outremer !

 

The following two tabs change content below.
Gérome
Hello this is Gerome ! Pilote Commercial Diplômé et Porteur de projet dans l’aéronautique, je suis un jeune Saint-Martinois a la découverte du monde ! Rédacteur de la rubrique Aero’Jom je prendrai plaisir à vous faire prendre de l’altitude tout en douceur ! Spontané et ouvert n’hésitez pas à me contacter pour toutes vos questions sur les avions, l’aéronautique en général et Saint-Martin. Mon moto ? La vie est courte ne la passez pas à vivre celle d’un autre !

1 Comment

  1. Avatar Eloas dit :

    Un plaisir de vous lire ! Enrichissement, humour, technicité…un régal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :