Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2722

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2726

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/output.class.php on line 3624

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php:2722) in /homepages/0/d482343892/htdocs/jomv3/wp-content/plugins/stripe/includes/core/libraries/wp-session/class-wp-session.php on line 146
Le CurlShop ou comment prendre soin de ses boucles par Maïka Labinsky | Jeunesse Outre mer

Le CurlShop ou comment prendre soin de ses boucles par Maïka Labinsky

Lénora Guion-Firmin, Martiniquaise et athlète déterminée
31 juillet 2016
Florent Verdier, Avocat : “La sélection à l’entrée du master 2 est illégale”
14 août 2016
Voir tout

Le CurlShop ou comment prendre soin de ses boucles par Maïka Labinsky

Le CurlShop est à la fois un site e-commerce et une boutique dans le XIIIème arrondissement de Paris. On y propose des produits capillaires pour cheveux bouclés, frisés et crépus. Ce « on » est une magnifique femme martiniquaise qui se décrit avant tout comme la « maman de deux enfants » mais aussi comme étant « passionnée, engagée et sportive ». Elle accorde une place particulière à l’estime de soi à travers l’acceptation de ses cheveux naturels bouclés, frisés ou crépus. Découverte !

Quel est le facteur qui t’a motivé à créer le CurlShop ?

D’un point de vue personnel, je ne trouvais pas de produits adaptés à mes cheveux bouclés. J’ai littéralement essayé tout ce que l’on peut trouver dans les réseaux de distribution classiques – et j’exagère à peine – mais rien ne convenait. J’ai fini par me tourner vers des solutions alternatives pour soigner mes cheveux. Néanmoins, ces solutions étaient difficiles d’accès, notamment à cause des délais et des coûts. C’est à ce moment que j’ai eu un déclic. L’idée était d’utiliser mon expérience pour en faire bénéficier les autres filles qui, comme moi, « galéraient » à entretenir leurs cheveux naturels. C’était la naissance du concept le CurlShop : permettre aux filles avec des cheveux bouclés, frisés et crépus de prendre soin de leurs cheveux naturels, et ce, avec des produits naturels. J’ai été la première à proposer exclusivement des produits spécifiques pour cheveux texturés, là où mes concurrents vendaient des défrisants et des perruques.

le-curlshop-prendre soin-de-ses-boucles-par-Maïka-Labinsky-bien-etre-cheveux-boucles-frises-crepus-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionnel-de-jeunes-d-outre-mer

Quelles embûches as-tu pu rencontrer lors de l’élaboration de ton projet ?

Tel que je l’ai ressenti, la seule véritable difficulté que j’ai rencontrée était financière. Les banques n’étaient pas prêtes à investir dans de tels projets à l’époque. C’est donc grâce à ma famille que j’ai lancé mon activité. Au niveau personnel, je n’ai trouvé que des avantages à lancer mon projet, notamment le travail à la maison, qui m’a permis d’être plus proche de mes enfants. Par ailleurs, cette aventure entrepreneuriale m’a réellement épanouie car j’aime ce que je fais et, chaque jour, j’en apprends énormément.

L’industrie du cheveu bouclé, frisé et crépu

Comment qualifierais-tu l’offre et la demande dans cette industrie ?Quelles sont les attentes et sont-elles atteintes ?

C’est une excellente question !
C’est un secteur en perpétuelle évolution : tout va extrêmement vite, les vocables changent rapidement, et les attentes des clientes aussi. Toutefois, leurs besoins restent toujours les mêmes : prendre soin de leurs cheveux afin que ceux-ci soient hydratés, bien définis et en excellente santé. La clientèle du CurlShop est très attachée au naturel; par conséquent, son objectif est de trouver des produits avec la composition la plus « propre » possible. Ce qui change, ce sont les méthodes pour atteindre les résultats escomptés ; les produits deviennent de plus en plus techniques et les gammes de produits gonflent à vitesse grand V. Un parfait exemple serait la marque américaine Shea Moisture, qui a sorti fin 2015 la « bagatelle» de huit nouvelles gammes complètes !

 

Quel est ton conseil aux jeunes souhaitant entreprendre dans ce secteur ?

« Savoir oser et se lancer ! »

le-curlshop-prendre soin-de-ses-boucles-par-Maïka-Labinsky-bien-etre-produits-capillaires-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionnel-de-jeunes-d-outre-merPour que le conseil soit complet, il faudrait presque un livre ! 🙂 Je pense que l’élément indispensable est qu’il faut oser. Cependant, il ne s’agit pas de se jeter dans la mêlée sans réfléchir. Je pense simplement que beaucoup de personnes ont du mal à sauter le pas par peur de l’échec ou à cause d’autres facteurs plus ou moins réels. Ce qui est certain, c’est que la personne qui n’ose pas et qui ne se lance pas se met déjà en situation d’échec. Il y aura toujours de la place pour les personnes créatives avec une ou plusieurs idées audacieuses. Lancez-vous !

De pureplayer à une stratégie multi-canal

T’y connaissais-tu en e-commerce ? Comment as-tu débuté dans la branche ?

À mes débuts je n’avais aucune connaissance en e-commerce. J’ai tout appris « sur le tas », au fur et à mesure de mes besoins. J’ai commencé en tant qu’auto-entrepreneur par souci de simplicité. Ce statut m’a vraiment aidé à faire mes armes et à lancer la boutique. Au départ, le CurlShop n’était qu’une boutique internet. Là encore, c’était vraiment par simplicité et pour limiter les investissements initiaux. En effet, l’ouverture d’une boutique physique est assez onéreuse, surtout lorsque les banques refusent de prêter…

 

 

Comment s’opère la complémentarité entre ton site et ta boutique ?

La boutique physique a été créée en 2014, quatre ans après le site, et a vocation à le compléter. Nous essayions de donner le maximum d’informations sur le site pour permettre à nos clients de s’y retrouver, cependant il manquait un rapport humain. La boutique physique a permis de pallier cette carence. En boutique, nous mettons vraiment en avant le conseil aux clientes. Nous accompagnons la cliente dans sa routine capillaire afin de l’aider à trouver les produits qui seront les plus efficaces en fonction de ses cheveux, ses besoins ainsi que son budget. Il nous arrive très régulièrement de passer une bonne heure à assister des clientes dans la mise en place de routines capillaires complètes. Par ailleurs, dès l’ouverture de la boutique, nous avons mis en place le retrait en magasin. Ce mode de livraison permet à nos clientes de venir récupérer leurs achats en boutique, seulement une heure après avoir passé commande sur le site e-commerce. Là encore, cela permet à la boutique physique de compléter la boutique internet.

Conseil aux jeunes voulant démarrer une activité e-commerce et souhaitant, ou non, lancer une boutique physique : dans les deux cas, outre le fait qu’il faille oser, il faut bien s’entourer dès le départ par un conseil juridique, à moins d’avoir une expérience de terrain conséquente.

 

Peut-on s’attendre à l’émergence de nouvelles boutiques, en outre-mer, par exemple ?

Nous avons énormément de projets ! Les idées fourmillent. Il faut que nous prenions le temps de valider les projets réalisables et de mettre entre parenthèses les projets trop complexes pour le moment. Affaire à suivre 😉

le-curlshop-prendre soin-de-ses-boucles-par-Maïka-Labinsky-bien-etre-boutique-produits-capillaires-naturels-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionnel-de-jeunes-d-outre-merle-curlshop-prendre soin-de-ses-boucles-par-Maïka-Labinsky-bien-etre-magasin-produits-capillaires-naturels-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionnel-de-jeunes-d-outre-mer

Cosmétiques et éthique

Quelles sont les actions que tu mènes actuellement pour développer un commerce équitable ?

Le CurlShop soutient les femmes qui entreprennent tout autour du globe. Aux Etats-Unis, en Jamaïque, en Haiti, en Afrique, nous faisons appel à de petits producteurs tels que A simple case, Kreyol Essence ou Shea Butter Cottage. Nous avons aussi une démarche écologique de recyclage et nous reversons une partie de nos bénéfices à des associations caritatives. Cette année nous avons choisi de soutenir l’association L214 Éthique et Animaux pour ses actions percutantes dans les abattoirs. Les produits que nous commercialisons ne sont pas testés sur les animaux et nous refusons de commercialiser des produits contenant des graisses animales.

Quelles sont tes ambitions pour la ligne éthique du CurlShop ?

Nos ambitions pour les années à venir sont de développer en profondeur les marques biologiques et d’apporter aux femmes des produits exempts de toute pétrochimie.

The following two tabs change content below.
Jaimie-Lyne JOVIAL

Jaimie-Lyne JOVIAL

Évoluant dans le e-commerce et dans l'événementiel Beauté, je suis aussi friande de nouveaux concepts. Je vous retranscrirai donc ces innovations prometteuses au fil des pages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :