[Le billet politique d’Earvin] : La loi égalité réelle ou le mythe de l’égalité ?

Avec « CheckMyMenu », Kamal Valcin met le numérique au menu !
2 octobre 2016
Evena Bonnegre: « Je crois au potentiel de chacun. »
16 octobre 2016
Voir tout

[Le billet politique d’Earvin] : La loi égalité réelle ou le mythe de l’égalité ?

Vous vous demandez ce qu’est le projet de loi pour l’égalité réelle en outre-mer. A l’image du nombre d’intervenants sur ce projet de loi, Patrick Karam ; Victorin Lurel ; George Pau-Langevin ; Ericka Bareigts ; qui reflète la parité et l’égalité homme-femme dans la haute société, il est opportun d’adopter une loi permettant l’égalité réelle dans la vie de la population en Outre-mer. Pour ne citer que le PIB par habitant des DOM qui est sacrément en retrait de 41% par rapport à la moyenne en France Métropolitaine, nul Homme correctement constitué, ne peut se permettre d’émettre une critique sur le principe même de la nécessité d’une telle loi.

Un plafond à briser

« À situation différente, traitement différent ». Cet adage a trop souvent guidé inconsciemment les politiques menées sur nos territoires d’Outre-mer. Heureusement son utilisation tend à s’estomper plus le temps avance. Le développement de la France d’Outre-mer s’est réalisé corrélativement à la reconnaissance de nombreux droits fondamentaux en faveur des êtres humains. Malgré cela, nous déplorons la situation de développement mitigé des Outre-mer, qui reflète la difficulté des gouvernements successifs à réduire les écarts en termes de niveau de vie, d’emploi, de salaires etc.

Aujourd’hui les français d’Outre-mer sont de plus en plus en vue dans la société et nombreux sont ceux qui embrassent des carrières remarquables. À part ces derniers qui réussissent à se faufiler dans les hautes sphères de l’État ou dans de grandes entreprises, une grande majorité reste figée là où l’État souhaite qu’elle reste. Mais nous le savons, et l’État le sait aussi, ce plafond doit être brisé. En conséquence, « il ne peut y avoir ni vraie liberté, ni justice dans une société, si l’égalité n’y est pas réelle ».  Cette citation de Condorcet sera le fer de lance du gouvernement dans le cadre de la rédaction du projet de loi pour l’égalité réelle en Outre-mer afin de briser ce plafond . Le bémol réside dans la mise en œuvre de ce type de lois et ses effets, qui se produisent sur le long terme, soit entre 10 et 20 ans, mais tant mieux pour nos enfants.

Ne discréditons pas l’action du Gouvernementle-billet-politique-d-earvin-la-loi-egalite-reelle-ou-le-mythe-de-l-egalite-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer

 

Bien optimistes seraient ceux qui se borneraient à penser que cette loi égalisera les niveaux de vie entre la France d’Outre-mer et la France hexagonale. La disparité des niveaux de vie en île-de-France et particulièrement entre la Seine-Saint-Denis et un quartier huppé de Paris, démontre que sur une petite distance les inégalités demeurent. A fortiori si un océan se glisse entre deux territoires, les disparités de niveau de vie seront d’autant plus difficiles à faire disparaître.

La départementalisation a été perçue comme une volonté pour l’État français de reconsidérer sa vision de l’Outre-mer. Cette reconnaissance symbolique n’a pas suffi pour dynamiser l’économie générale de l’Outre-mer qui demeure en queue de peloton.

le-billet-politique-d-earvin-la-loi-egalite-reelle-ou-le-mythe-de-l-egalite-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-2Malgré la distance qui sépare nos territoires et la France métropolitaine, nous admettons que certains Gouvernements ont tenté, parfois réussi, de redorer l’image de l’Outre-mer. Nous ne pouvons donc que saluer cette  nouvelle initiative d’Hommes de l’Outre- mer collaborant avec le gouvernement afin de poser des bases à un principe d’égalité réelle entre la France Hexagonale et la France de l’Outre-mer. Au reste, le principe d’Égalité inscrit dans notre devise devrait de droit s’appliquer dans l’outre-mer (CQFD).

Force est de constater que cette gravure inscrite sur certaines de nos institutions n’est que théorique et qu’il faut des lois plus concrètes afin de la rendre effective. Si ce principe de l’égalité réelle « ne se décrète pas, mais se construit sur le long terme » comme l’affirmait Ericka Bareigts à l’Assemblée Nationale le 20 septembre 2016, le peuple de l’Outre-mer veillera à ce que cet engagement pris par elle devienne réalité, sans que puisse lui être opposé un changement de Président qui ferait obstacle à la mise en œuvre de cette loi.

The following two tabs change content below.
Earvin SAINSILY

Earvin SAINSILY

Passionné de droit mais surtout d'Outre-mer. Mon ambition initiale était d'être Footballeur professionnel. Il se pourrait que je finisse avocat d'affaires.

6 Comments

  1. Songeur dit :

    Vous prétendez ne pas vouloir discréditer l’action du gouvernement mais vous lui tirez dans les pattes…Où est la logique please?

    • Earvin SAINSILY Earvin SAINSILY dit :

      La logique est la suivante. L’idée n’est pas tirer dans les pattes du gouvernement qui fait un travail remarquable. La loi est la bien venue évidemment. Malgré tout, il faut bien dire que la loi n’est qu’une base et qu’il faudra la mettre en œuvre concrètement. Nombre de lois sont adoptées sans qu’elles soient effectivement appliquées. C’est la raison pour laquelle il faut prendre cette initiative avec des pincettes et veiller à ce qu’elle soit mise en œuvre concrètement. Ce n’est pas un cri d’alerte mais une manière de dire « ok vous faites une loi » mais on vous mettra la pression pour qu’elle devienne effective !

  2. Nelly A. dit :

    Ce qui me choque, c’est qu’une loi censée déterminer l’avenir des Outre-mer soit débattue dans la précipitation en fin de mandat…alors que tout le monde a déjà en tête la prochaine élection.
    Ca fait vraiment manoeuvre électoraliste. Les priorités passent rarement en dernier il me semble!!

    • Earvin SAINSILY Earvin SAINSILY dit :

      On nous donne la possibilité d’avoir une loi, il ne faut pas dire non. Certes elle est mise en œuvre en fin de mandat, mais c’est de la politique..
      Les Outre-mer passent souvent en second plan, c’est lié à notre histoire. Mais il ne faut pas cracher sur le gouvernement qui a la volonté de légiférer, ce qui n’est pas négligeable. Petit-à-petit nous nous construisons, même si nous sommes toujours en queue de peloton, c’est avec de petites actions qu’on peut espérer un jour être reconnu à notre juste valeur. Personne jusqu’à maintenant n’a pu s’imposer sur la scène politique et faire en sorte que l’Outre-mer soit par un coup de baguette magique au même niveau que la France. Je doute que cela puisse arriver un jour donc il faut faire avec le peu qu’on nous donne.

  3. Ordre Nouveau dit :

    On fait rien? Vous vous plaignez. On fait? Vous vous plaignez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *