[INTERVIEW] Lumina d’or 2017: Doris NOL se distingue avec Caraibexpat

[INTERVIEW] Vinciane PENELOPE, fondatrice de PipiriSpa : La démocratisation de l’hydrothérapie en ligne de mire !
17 septembre 2017
[INTERVIEW] Lionel HUBERVIC, la remise en question d’un parcours réussi
15 octobre 2017
Voir tout

[INTERVIEW] Lumina d’or 2017: Doris NOL se distingue avec Caraibexpat

Aussi petite soit elle, la Martinique regorge de talents. Aujourd’hui, nous vous parlerons de Doris NOL, fondatrice du site CARAIBEXPAT.FR. Cette jeune martiniquaise passionnée de voyages était présente à la cérémonie des Luminas. Cette cérémonie a pour but de valoriser les talents en Martinique, en France et plus globalement dans le monde. Ce 22 juillet dernier, elle a remporté le Lumina d’or au Tropiques Atrium: une récompense bien méritée !

Raconte-nous ton parcours.

J’ai obtenu mon bac​ en 2005, suivi d’une licence à l’Ecole de Gestion et de Commerce de Martinique puis d’un Master en Communication  à Lille. J’ai passé 6 mois en échange universitaire à Atlanta. J’ai commencé à travailler à l’âge de 23 ans comme Chargée de Communication à Paris chez Amadeus France dans le secteur des technologies pour les professionnels du tourisme où j’ai enchaîné deux CDD.
Ensuite, direction le Brésil pour 3 mois où j’étais chargée de communication volontaire dans une ONG. J’ai eu l’opportunité de rentrer en Martinique en 2014 où j’ai enchaîné plusieurs CDD à l’ancien Conseil Régional.

J’ai toujours animé caraibexpat.fr pendant mon temps libre mais j’avais un peu fait le tour de mon emploi à temps plein dirons-nous. J’ai décidé de me consacrer au développement Caraibexpat.fr tout au long de l’année 2016 avant que l’Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale me propose le poste que j’occupe actuellement: Chargée de Communication  au siège de la Commission à Sainte-Lucie. Mon 1er CDI, Ouf il était temps !

S’agissant de l’expérience Caraibexpat, peux-tu nous dire comment cela se passe? Peux-tu nous la présenter ?

Le site vise justement à relier les personnes qui sont restées vivre dans la Caraïbe et celles qui sont à l’étranger. Il permet via un système de géolocalisation de retrouver des personnes de Martinique, Guadeloupe et Guyane et d’être mis en contact pour tout type de projet : étudier, trouver un stage, un emploi, recruter, prospecter un marché à l’étranger. 

J’ai posté mon premier article en juillet 2013. A l’époque, personne ne connaissait le site. Aujourd’hui, il compte plus de 1600 inscrits dans 200 villes et 85 pays du monde. La communauté élargie rassemble 5500 fans Facebook et 2800 followers sur Twitter. Le site enregistre aussi 5000 visiteurs uniques par mois au minimum; ce qui m’a permis de conclure une dizaine de partenariats avec des professionnels de la mobilité internationale en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane, à Trinidad, à Paris et au Ghana et aussi d’ obtenir de bons plans voyage . Ainsi, tous les « Caraibexpats  »  bénéficient de services à tarifs solidaires en comparaison avec le tarif grand public.

Comment est venue cette idée de création de site ? Pourquoi ce désir?

Quand j’ai mis le site en ligne en 2013, j’étais en recherche d’emploi suite à « ma collection de CDD » (sourire) . Je suis passionnée de langues étrangères, à savoir plutôt anglais, espagnol et portugais du Brésil, et de voyages. Il est donc difficile de vivre dans un environnement 100% francophone. J’ai commencé à rechercher des personnes qui étaient dans ce même état d’esprit sans penser que cela constituerait progressivement un réseau.

Pourquoi ce nom Caraibexpat? Tes activités sont-elles étendues à d’autres thématiques que l’expatriation?

Après avoir pensé à plusieurs combinaison de noms, je me suis arrêtée sur CARAIBEXPAT qui s’écrit en tout attaché pour faire le lien entre ceux d’ici (dans la Caraïbe) et ceux qui vivent ailleurs. Sur le site, je ​partage du contenu : articles, conseils, interviews vidéos, photos. Ces contenus multi-destinations issus de mes propres expériences mais aussi de celles et ceux qui veulent bien être interviewés ou partager leurs conseils, car j’ai encore beaucoup de pays à découvrir, . L’idée est de faciliter la réussite d’un projet quel qu’il soit via une panoplie de contacts et de conseils gratuits.

As-tu des perspectives  d’évolution  aujourd’hui hors mis le fait de développer le nombre d’inscrits ?

Le nombre d’inscrits est fondamental. Aujourd’hui, nous sommes 1600 environ. Il y a des millions de membres potentiels. Je suis donc loin du compte. 2017 a été une belle année avec plusieurs coups de projecteurs sur la communauté Caraibexpat dans la presse, des conférences auxquelles j’ai été conviée et ce Lumina d’or surprise. La radio RCI  (Radio Caraibe Internationale en Martinique) vient de me proposer un partenariat pour sa nouvelle chronique quotidienne. Les Caraibexpats seront désormais mis en avant à la radio, en plus du site web ! En ce moment, je recherche un partenaire aérien. Il me paraît opportun de donner de la visibilité à une compagnie aérienne étant donné que nous serons amenés à nous déplacer régulièrement. Je recherche aussi plusieurs rédacteurs web volontaires pour développer cette communauté.

Cette  année tu as remporté le Lumina d’or.  Parle-nous de ton  ressenti.

​C’était la surprise totale ! J’avais déposé une candidature sur les conseils d’une amie proche, il y a quelques mois. Je n’avais aucune attente particulière concernant les résultats. J’étais surtout bluffée en voyant les performances des autres candidats en compétition dans leurs vidéos de présentation. Je n’avais pas eu ce privilège et je n’avais pas eu de nouvelles en dehors d’une « curieuse invitation pour un passage express en Martinique ». J’étais encore plus surprise à l’annonce de mon nom !
Je suis heureuse de mettre les retombées du Lumina d’Or ainsi que la somme offerte  à contribution pour le développement de la Communauté Caraibexpat ! Il paraît que ce prix hors catégorie, le LUMINA D’OR, récompense l’action la plus significative de l’année. Je n’irai pas jusqu’à confirmer cela car le travail n’en est qu’ à ses débuts. Je suis très reconnaissante envers tous ceux qui ont contribué à l’obtention de ce prix.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes ultramarins  suite à  cette expérience ?

​Je ne suis pas très à l’aise pour donner publiquement des conseils aux autres car je n’arrive pas à me les appliquer à ma propre situation (sourire). La seule ligne de conduite que j’adopte est de faire ce qui me plaît vraiment, s’enrichir en apprenant sans cesse et garder mes objectifs en vue. La vie est courte, tout est possible alors autant la consacrer aux actions et aux personnes qui sont importantes. Le reste est relatif.

Comme on le dit si bien, »les voyages forment la jeunesse ». Nous vous invitons tous sur ces derniers mots à prendre votre envol afin non seulement de vous épanouir mais aussi de vous enrichir.

Pour les volontaires, nous vous rappelons qu’avec CaraibExpat, vous pourrez trouver des référents à l’étranger qui vous aiguilleront et contribueront tant que possible à la réalisation de ce rêve.
The following two tabs change content below.
Céline Clairicia

Céline Clairicia

Amoureuse de mon île, mon rêve est de contribuer au développement de la Martinique. Attirée par le secteur touristique, j'aspire à travailler dans ce domaine. J'ai rejoint le pôle rédaction de Jeunesse Outre-Mer afin de partager la passion que j'ai pour mon petit coin de paradis en mettant en avant des projets, des personnes, des innovations... qui tendent à son évolution. Mon but premier est de montrer que la Martinique n'est pas qu'un paysage merveilleux de carte postale mais beaucoup plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *