[INTERVIEW] L’Association Anick.D, une ode à la beauté intercontinentale dans le mannequinat

[JOM AU FÉMININ] Myriam HEINZ, co-fondatrice de JOM : “Chacune peut arriver là où elle veut aller.”
8 avril 2018
Sommet USA-Afrique de l’Entrepreneuriat des Jeunes : L’Afrique et les Caraïbes à l’unisson !
5 juin 2018
Voir tout

[INTERVIEW] L’Association Anick.D, une ode à la beauté intercontinentale dans le mannequinat

Une fois n’est pas coutume, cette année encore, le plus grand concours de mannequinat du monde, Elite model look, a posé ses valises en Outre Mer. Alors que les podiums internationaux sont souvent pointés du doigt pour leur manque de diversité,  quelle place pour les jeunes ultramarins intéressés par ce milieu professionnel ? Nous avons rencontré Anick Marie Duhamelle, fondatrice de l’association Anick.D qui a pris à bras le corps la question de la diversité sur les podiums.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je me prénomme Anick Marie Duhamelle. Je suis africaine d’origine congolaise et j’ai grandi en banlieue parisienne. J’ai eu un cursus scolaire varié. Tout d’abord j’ai obtenu un diplôme professionnel en bureautique et comptabilité puis j’ai étudié les langues étrangères à l’université. Cependant, je n’ai pas poursuivi de grandes études. J’ai travaillée dans différents secteurs comme la comptabilité, la gestion, la restauration, la vente, le domaine médical et également le social. Aujourd’hui, j’exerce une profession qui me correspond auprès des demandeurs d’asile.

Parlez-nous de l’association Anick.D ?

L’association Anick.D est née grâce à ma sœur cadette. C’est elle qui m’a amené à cette initiative. Plus jeune, ma sœur voulait devenir mannequin. Elle cumulait alors les shootings et les castings. Suite aux nombreuses difficultés qu’elle avait pour pouvoir accéder à ce métier en tant que jeune fille noire, j’ai donc créé l’association au cours de l’année 2010. Malheureusement pour des raisons personnelles, j’ai mis ce projet en suspens pendant quelques années, 7 ans exactement. Une très longue période, c’est vrai, mais je ressentais continuellement le besoin d’achever cette démarche. J’ai donc décidé de reprendre l’activité de l’association au mois de Septembre 2017. Actuellement, nous sommes 3 membres et une trentaine d’adhérents.

Copyright : https://eldine-ac.book.fr/

Par ailleurs, l’association a pour objectif de promouvoir et d’accompagner les mannequins et les modèles issus de la diversité et qui souhaitent faire carrière dans les métiers de la mode.  Nous avons pour objectif de garantir une bonne évolution dans leur carrière. Basée à Paris, l’association propose aux personnes souhaitant exercer dans le métier du mannequinat, des offres de réalisations de diverses prestations artistiques par le biais de collaboration ou de partenariat. Nous avons aussi pour mission d’informer et de mettre en place les moyens nécessaires à l’avancement des activités des mannequins ou modèles. Nous souhaitons instaurer plus de diversité sur les podiums et au sein des campagnes publicitaires afin de mettre davantage en valeur la beauté intercontinentale.

Le milieu professionnel du mannequinat est souvent remis en cause, car associé au phénomène d’anorexie ainsi qu’à une image dévoyée de la femme. Sensibilisez-vous les mannequins que vous accompagnez à cela ?

Parmi les adhérents  de l’association, il y a des jeunes femmes ainsi que des jeunes hommes âgés d’une vingtaine d’années, ayant vocation à travailler dans le milieu professionnel du mannequinat. J’ai eu l’occasion d’échanger à ce sujet avec quelques uns d’entre eux et j’ai constaté que le poids est souvent un critère important qui leur est demandé durant les castings, défilés ou pour différentes prestations artistiques.

Pour la majorité d’entre eux, en tant que mannequins ou modèles issus de la diversité, leurs castings sont quasiment infructueux. Or, je les sensibilise fortement à ne pas suivre la spirale du culte du corps qui favorise la maigreur. Et cela, afin d’éviter de tomber dans l’anorexie. La plupart sont d’origines diverses, en provenance de l’Afrique, du Maghreb ou bien des Antilles et ils ont une caractéristique physique et une beauté, certes différentes, mais tout aussi valorisante. C’est pourquoi je pense que les critères de mode européens ne devraient pas véhiculer une image unique de la femme idéale.

Tant en Afrique que dans les Outre Mer, les standards de beauté ne correspondent pas toujours à ceux véhiculés par les agences de mannequinat disposant d’un rayonnement international. Cela ne représente-t-il pas un handicap pour un jeune ultramarin qui souhaiterait faire carrière dans le mannequinat à l’international ?

Je ne dirais pas un «handicap » mais plutôt une difficulté car, tant en Afrique que dans les Outre Mer, les standards de beauté ne correspondent, majoritairement pas, aux attentes des agences de mannequinat. Un jeune ultramarin qui souhaiterait faire carrière dans le mannequinat à l’international devra donc se démarquer pour pouvoir s’imposer dans le métier. Rien n’est impossible car aujourd’hui les mannequins issus de la diversité sont un peu mieux reconnus même si cela reste minime. On peut remarquer justement qu’à l’international on trouve une plus grande ouverture à la diversité dans les pays comme l’Angleterre ou les États-Unis, que se soit dans la mode ou les médias.

Copyright : https://alexpvrd.book.fr/

Depuis plusieurs années, des castings sont organisés en Outre-Mer par des agences de notoriété mondiale, pour ne pas les citer. Or, à l’issue de ces castings, le vivier de diversité qu’offrent nos territoires n’est pas forcément au rendez-vous. Selon vous, les Outre-Mer sont-ils réellement des territoires à potentiel pour le milieu du mannequinat ?

A mon avis, le potentiel est dans tous les territoires. Cependant il existe une inégalité entre les mannequins du fait de leur couleur de peau. La beauté diversifiée reste encore une exception sur les podiums et je trouve cela dommage. Néanmoins ce n’est pas une généralité puisque  quelques grandes marques ainsi que de grands créateurs de mode font tout de même honneur aux mannequins issus de la diversité.  Le problème c’est que leur présence n’est pas assez constante.

Copyright : https://laurettepea.book.fr/

Quels conseils donneriez-vous à un(e) jeune ultramarin(e) qui souhaiterait faire carrière dans le mannequinat ?

Bonne question. Pour commencer assurez-vous que le métier vous corresponde et constituez un book de photos professionnelles.  Par la suite, vous pourrez démarcher les castings et vous inscrire dans une agence de mannequinat. Si vous n’obtenez pas satisfaction, vous pouvez aussi contacter l’association. Restez en bonne santé, ne tentez pas de mettre votre vie en danger avec des régimes extrêmes qui pourraient vous nuire. Présentez-vous tels que vous êtes car les profils pour devenir mannequin sont multiples. A vous de savoir ce qui vous intéresse et si ça ne fonctionne pas alors vous trouverez une autre vocation. Il faut toujours croire en soi afin de pouvoir réaliser ses objectifs avec persévérance, quelle que soit la couleur de sa peau ou bien ses origines. Comme le dit souvent le mannequin Johanna Dray,  la beauté n’est ni unique ni universelle.

Copyright : https://johnhirbec.book.fr/

The following two tabs change content below.
Lovely BERGENA

Lovely BERGENA

Aspirant à faire du droit des Outre-Mer la figure de proue de mon parcours de juriste, j'ai trouvé en la Rédac' un bel espace d'expression. Dès mon plus jeune âge, j'ai eu un goût prononcé pour l'écriture. Dynamique, débordante d'énergie et de vitamines, ma curiosité m'amène à ne pas me restreindre au droit. Ma philosophie ? Poté mannèv ! (Action !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :