[INTERVIEW] Kevin Beltou, un parcours frayé d’Henri IV à la Sorbonne

Innovation et Outre-Mer, les 2 faces d’une même pièce
5 décembre 2016
«ZE Projet» : le Crowdfunding en vogue dans l’Océan Indien
19 décembre 2016
Voir tout

[INTERVIEW] Kevin Beltou, un parcours frayé d’Henri IV à la Sorbonne

Natif de la Guadeloupe, Kevin Beltou a quitté le papillon après le baccalauréat pour se frayer un parcours scolaire reflétant sa personnalité. C’est sur un jeune empli d’énergie et les projets plein la tête que nous sommes tombés.  Egalement engagé associativement, il s’est livré à la rédaction sur ses nombreuses activités.

Actuellement étudiant en Philosophie à Paris I, quel parcours scolaire t’a mené jusque là ?

kevin-beltou-un-parcours-fraye-d-henri-iv-a-la-sorbonne-jeunesse-outre-mer-media-ultramarin-reseau-professionel-de-jeunes-d-outre-mer-4J’ai fait toute ma scolarité en Guadeloupe et mes années collège-lycée à Massabielle. Après y avoir obtenu mon bac S mention TB en 2012, Je suis parti sur Paris parce que j’avais été admis au très prestigieux lycée Henri IV ( 5 ème arrondissement de Paris) pour faire une hypokhâgne ( première année de classe préparatoire littéraire). Le début n’a pas été très facile. Non seulement j’étais loin de ma famille qui était restée en Guadeloupe mais aussi j’avais fait le choix de faire une prépa et qui plus est sélective. J’ai pris du temps à m’adapter à la vie parisienne mais aussi au petit monde de la prépa.  Néanmoins quel n’était pas mon bonheur en remontant tous les matins la rue du Panthéon où en me promenant dans  le charmant quartier latin.
Quand je pense que des personnalités qui me tiennent à cœur comme Léopold Sédar Senghor ou encore Aimé Césaire étaient à l’école à côté….J’ai fait ma khâgne ( deuxième année de classe préparatoire littéraire ) et ma khûbe ( troisième année) au Lycée Molière ( 16 ème arrondissement Paris). J’étais en khâgne classique spécialité philosophie et je préparais le concours d’entrée aux ENS Ulm et Lyon. J’ai été sous-admissible mais ayant été proche de la barre d’admissibilité, j’ai décidé de me donner une dernière chance  et j’ai bicarré ( refait une troisième khûbe) en retournant où tout a commencé c’est-à-dire au lycée Henri IV. J’y ai fait une khâgne moderne en spécialité philosophie et j’ai été admissible au concours d’entrée de l’ENS de Lyon. N’ayant pas été admis, j’ai décidé de continuer la philosophie à Paris I en master.

Pourquoi la philosophie ?

Pourquoi la philosophie?  Comme à peu près tout le monde, j’avais découvert cette discipline en Terminale. Le goût de la philosophie m’est venu progressivement. J’ai commencé à apprécier cette discipline à la fin de mon hypokhâgne au lycée Henri IV et au début de ma khâgne au lycée Molière. J’ai eu la chance de rencontrer des professeurs de philosophie qui étaient d’une patience et d’une clarté exceptionnelles. Ils m’ont très vite donné le goût de la discussion, de l’argumentation, de la réflexion et d’une lecture critique et attentive des textes.

Souvent perçue comme une discipline quelque peu archaïque, selon toi, quels enjeux la philosophie doit-elle relever afin de se démocratiser ?

C’est à tort que souvent l’on voit la philosophie comme quelque peu archaïque au sens de dépassée ou de datée. Bien au contraire, parce que je considère la philosophie comme la recherche d’un sens pour soi, pour ses activités, pour autrui, elle est au cœur de ma vie quotidienne. Elle est comme une boussole qui permet de s’orienter à tout instant, de trouver non pas le  meilleur chemin , le bon chemin en soi  mais le moins pire si je puis dire.  En ce qui concerne son enseignement, je pense que tout dépend du professeur que l’on a. J’ai eu la chance d’avoir des professeurs philosophes qui sont certes de fins penseurs mais surtout des pédagogues hors pair au sens premier du terme, en d’autres termes de très bons guides, de très bons précepteurs. Enfin, je pense qu’on devrait enseigner la philosophie dès la seconde peut-être sous une forme moins dense et plus ludique.

Tu concilies parallèlement à tes études un service civique au sein de l’association Fratelli. En quoi consiste ce service civique ?

Effectivement, je concilie parallèlement à mon master 1 de philosophie et ma licence de droit que je viens tout juste d’entamer,  un service civique au sein de l’association Frateli . Je suis moi-même filleul de cette association depuis 2012 qui promeut l’égalité des chances. Je travaille notamment dans l’accompagnement des préparationnaires et des universitaires ( Bac+1 et Bac+2) en m’occupant de la partie logistique (organisation des cours, des campus etc..). Et depuis peu, je suis bénévole dans l’association Zup de Co.

Qu’est ce qui t’a poussé à réaliser un service civique ?

Je suis quelqu’un de très actif, de très dynamique. Je ne peux pas rester en place. Je ne supporte pas l’immobilisme, la constance et la routine. Je cherchais quelque chose où je pourrais mettre à profit mon énergie, ma bonne humeur et mes savoirs. L’associatif paraissait dès lors comme le milieu dans lequel je pourrais m’épanouir et étant filleul de l’association Frateli autrement dit bénéficiaire de l’association, je voulais connaitre l’autre côté de l’association, l’organisation, la logistique etc.. Du coup, j’ai postulé pour un service civique dans cette association qui promeut des valeurs dans lesquelles je me reconnais entièrement.

Quels sont tes projets pour la suite ?

J’ai un petit coup de coeur pour tout ce qui est relatif au domaine de l’éthique. J’envisage de travailler dans l’éthique des affaires, domaine très vaste dans lequel je pourrais réaliser , concrétiser ou plus philosophiquement actualiser les valeurs sociales auxquelles j’adhère.

A l’approche du lancement de la procédure APB, quels conseils donnerais-tu à un jeune ultramarin qui souhaiterait partir dans l’hexagone afin de poursuivre ses études ?

Je lui dirai de ne pas s’autocensurer, d’oser tout en restant humble  et surtout de faire preuve de résolution, de fermeté voire de ténacité.
The following two tabs change content below.
Lovely BERGENA

Lovely BERGENA

Aspirant à faire du droit des Outre-Mer la figure de proue de mon parcours de juriste, j'ai trouvé en la Rédac' un bel espace d'expression. Dès mon plus jeune âge, j'ai eu un goût prononcé pour l'écriture. Dynamique, débordante d'énergie et de vitamines, ma curiosité m'amène à ne pas me restreindre au droit. Ma philosophie ? Poté mannèv ! (Action !)

3 Comments

  1. Avatar eloas dit :

    Bon parcours ! Mais pourquoi lui ? nombreux étudiants ont des parcours similaires..il suffit de demander et on peut se faire interviewer ?

    • Lovely BERGENA Lovely BERGENA dit :

      Hello cher lecteur,
      Merci pour l’attention que vous portez à nos articles.
      Pour répondre à votre question, nous souhaitons ratisser large en termes de parcours inspirants. Nos Outre-Mer regorgent de talents, et ce dans tous les domaines, qui méritent d’être mis en lumière.
      Nous avons rencontré ce jeune qui nous a communiqué son amour pour les lettres et la philosophie. Cela a débouché sur une interview dont pourront s’inspirer d’autres jeunes qui souhaitent suivre le même cursus, a fortiori à l’approche de l’ouverture d’APB. Nous ne nous sommes donc pas privés de l’interroger.
      Comme lui, tout jeune a sa pierre à apporter à l’édifice. Si vous avez ne serait-ce qu’une parcelle de votre vécu à partager, n’hésitez pas à nous contacter pour que d’autres jeunes s’en inspirent ! Nous n’attendons donc que vous pour faire partager votre brio ! 😉

  2. Avatar NRJ dit :

    Vraiment félicitations jeune Kévin pour votre très beau parcours. Gardez votre énergie, ne baissez jamais les bras!”la vi la pa fasil en vant à bèt la , kon nou ka di en gwadloup” . N’abandonnez jamais vos rêves et vous irez très loin. On a besoin de personnes dynamiques comme vous. Continuez! Fière de vous! FOS!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :