[INTERVIEW] Julien Jean-Alexis met à l’honneur la culture afro avec le jeu OuPaSav !

[INTERVIEW] Yannick et Alicia : « Carter et ASFS c’est le résultat de défaites, de victoires, de challenges. »
16 avril 2017
Mobilité des enseignants du secondaire : la dictature de l’offre et de la demande
15 mai 2017
Voir tout

[INTERVIEW] Julien Jean-Alexis met à l’honneur la culture afro avec le jeu OuPaSav !

Le logo OuPaSav ne vous a sûrement pas échappé, notamment sur les goodies lancés par l’agence de création Agooloo Studios à l’occasion de la sortie du jeu. Suite au succès immédiat de OuPaSav, Julien Jean-Alexis, son créateur a accepté de nous accorder une interview nous dévoilant par son parcours la genèse du projet ambitieux d’Agooloo Studios.

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Julien, originaire de Martinique, j’ai 40 ans, et je suis le président de Agooloo Studios, une agence de création de jeux vidéo et d’applications mobiles.

Comment êtes-vous devenu créateur de jeux vidéo ?

Mon premier stage lors de mes études a été dans un studio de jeux vidéo parisien. J’ai été recruté car j’avais des compétences en code qu’ils n’avaient pas en interne. J’ai eu quasi carte blanche sur des jeux qui ont vraiment cartonné l’année qui a suivi, et cette expérience m’a apporté un premier regard très intéressant sur ce métier. Pas techniquement parlant, mais plutôt en termes de conception, d’écriture, de lien avec son public, etc.

Cette expérience m’a aussi appris que ce n’était pas le meilleur milieu pour bien gagner sa vie en tant que codeur. Un an plus tard, lorsque j’ai décroché un Master 2, j’ai donc plutôt décidé de partir dans un autre milieu : dans l’aventure start-up… mais pas la mienne ! Nous avons réalisé des levées de fonds impressionnantes, nous avions une technologie révolutionnaire. Fort de cette expérience ultra-enrichissante, j’ai alors fondé une SSII de développement un peu originale à l’époque, puisque offshore (nos équipes de développement étaient à Saint-Pétersbourg).

Quelques années plus tard, à la naissance de ma fille j’ai décidé de me « reposer » un peu et de revenir dans le salariat. J’ai fait du consulting pendant quelques années dans le prestigieux front-office de la Société Générale ou dans l’industrie. Durant cette période, je faisais déjà beaucoup de musique. Etant guitariste, je passais facilement 6 heures par soir sur ma guitare après le boulot, que ce soit sur scène ou en tant que professeur. J’ai alors décidé de totalement switcher d’activité et de vivre de la seule chose qui me faisait alors vibrer à ce moment-là: la musique.

J’ai alors été musicien pro, intermittent du spectacle pendant quelques années. Cela se passait très bien, humainement et financièrement. Mais des problèmes de santé aux articulations m’ont obligé petit à petit à jouer de moins en moins, et j’ai fini par avoir beaucoup de temps libre durant lequel j’ai eu envie de créer une autre activité !

Et là tout s’est connecté :

  • l’envie de continuer à faire de la création artistique
  • l’envie de travailler dans une industrie et sur des produits FUN, avec une valeur éthique positive
  • l’envie de corriger quelque chose qui m’avait toujours posé problème depuis mon enfance : le manque de représentation des afro-descendants dans les médias, produits culturels, etc.
  • l’envie de travailler dans le mobile. En effet, autant je trouve que j’ai mis un peu de temps à réellement comprendre l’intérêt des smartphones lors de leur apparition sur le marché, autant ma prise de conscience de leur potentiel a été énorme lorsqu’elle s’est enfin produite !

Par mon réseau, j’ai immédiatement cherché et trouvé un illustrateur qui aimerait s’associer avec moi. Et BOUM, Agooloo Studios était né !

Parlez-nous d’OuPaSav.

OuPaSav est un jeu mobile, un quiz sur les Antilles disponible sur Android et iOS. Les questions sont organisées en 4 catégories pour l’instant :

  • Faune – Flore
  • Musique – Littérature
  • Histoire – Géographie
  • Créole – Vie courante

Dans chaque catégorie, les questions sont regroupées par paquet de dix. Si le joueur répond à 10 questions sans erreur, il gagne 1 ou 2 étoiles, en fonction de la difficulté de ce quiz de 10 questions. OuPaSav est un jeu qui se veut fun, rassembleur, pédagogique. Les Martiniquais apprendront sur la Guadeloupe et inversement, les anciens sur les jeunes, et inversement, etc.

L’un des fers de lance d’Agooloo Studios est la création de jeux vidéo et d’applications mobiles représentant les sociétés et les cultures afros. OuPaSav est notre premier jeu de ce type, et il était plus logique pour nous de commencer par ce que l’on connaît le mieux, c’est à dire… les Antilles !

Les afro-descendants sont de plus en plus visibles à la télévision par exemple grâce aux efforts qui ont été menés depuis plus de 20 ans dans ce sens. Cependant ils manquent cruellement de représentation positive dans les applications mobiles et les jeux. Pour ces personnes, cela crée un problème d’identification. Il est fondamental de pouvoir se reconnaitre dans des produits digitaux, de pouvoir s’identifier à des personnages, de se sentir un peu chez soi, au moins dans quelques applications, pour ne pas se sentir totalement exclu de cette culture geek, et d’une espèce de culture universelle qui est en train de se mettre en place depuis l’apparition d’Internet.

                                                         

3 de vos jeux sur 6 ayant pour thème le football, quelle a été votre motivation pour vous écarter de l’ordinaire et créer un jeu s’appuyant sur le patrimoine culturel de la Guadeloupe et de la Martinique ?

La motivation pour faire ce type de jeux, nous l’avions depuis le tout début, ça a toujours été inscrit dans notre ADN. Mais pour des problèmes de temps (les journées ne font encore que 24h malheureusement !), et des problèmes de ressources humaines (trouver des illustrateurs intéressés par le projet n’a pas été facile), le projet a pris du temps à voir le jour.

A quel public est destiné « OuPaSav » ?

A toute personne qui parle français et qui aime les Antilles. Donc aussi bien les Antillais eux-mêmes que les touristes qui ont eu un coup de cœur pour nos îles. Bien sûr le jeu sera théoriquement plus facile pour un Antillais, mais nous avons reçu plusieurs messages de métropolitains qui ont adoré le jeu !

Des jeux gratuits et ne contenant pas de publicités sont-ils rentables pour votre entreprise ?

OuPaSav a été financé à 100% en fonds propres, et est en effet gratuit. Un projet de ce type coûte entre 15 000€ et 20 000€ à produire. La rentabilité financière de ce jeu n’était pas du tout l’objectif du projet. Nous cherchions dans un premier temps à voir si le public allait apprécier ce type d’initiatives, et si nos compatriotes allaient se sentir concernés par ce type de projets. Nous voulions que tout le monde ait accès au jeu et ne soit pas bloqué par un prix d’accès.

Après 20 000 téléchargements en 4 semaines, des centaines de messages (dont certains très touchants) de félicitations et d’encouragements de la part de la communauté, nous pouvons dire que le jeu a été rentable. Pas financièrement, mais en termes de participation, d’engagement, d’intérêt, il l’a été.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaiterait se lancer à plein-temps dans la conception de jeux vidéo ?

Ne pas oublier que les jeux vidéo, oui c’est fun, mais que leur création est un vrai métier, qui demande une vraie organisation professionnelle.

Quels sont vos projets pour le futur ?

Nous avons d’autres jeux en préparation dont je ne peux malheureusement pas encore parler :).

En outre, nous avons plusieurs grosses mises à jour d’OuPaSav qui sont prévues dans les semaines à venir. De nouvelles questions, de nouvelles fonctionnalités, la possibilité de jouer à plusieurs, de se défier entre amis, etc. Bref, beaucoup de fun et de rigolade en perspective !

The following two tabs change content below.
Shanna DORMEVIL

Shanna DORMEVIL

Éclectique, je m'intéresse à des domaines variés mais c'est la littérature et le monde de l'édition qui me font vibrer. Curieuse par nature, je saisis chaque occasion de découvrir de nouveaux horizons de la pensée. Ma devise: je pense donc j'écris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *